Rehaussement n°3

Par : Marylène Lévesque

C’est intéressant de voir combien le sujet du rehaussement est d’actualité et ainsi que le type d’échange qu’il suscite dans le milieu. Il y a une quantité impressionnante d’informations contradictoires, donc les sources sont parfois douteuses. Certains pharmaciens s’inquiètent du niveau d’encadrement qui viendra avec la nouvelle formation. Vous, les ATP, craignez plutôt qu’on vous prenne votre place et que votre travail soit condamné à rester dans l’ombre. Devant l’inconnu, il est normal d’avoir des appréhensions, prenons simplement garde qu’elles ne nous empêchent d’évoluer. À l’inverse, un enthousiasme mal fondé n’est pas mieux. L’équilibre est de mise pour aborder l’avenir de façon réaliste. Dans le cas qui nous concerne, les faits nous autorisent à être optimiste et je considère qu’il est de notre devoir de vous aider à l’être et pour les bonnes raisons. Cette raison, c’est la révision de la règlementation.

L’Ordre des Pharmaciens du Québec (OPQ) nous a récemment convié à une réunion avec les représentants des associations de pharmaciens qui ont participé au groupe de travail formé en 2013 (ABCPQ*, APES*, APPSQ*, AQPP*). Nous avons pu prendre connaissance du projet de règlement qui doit remplacer le règlement actuel pour personnel autre que pharmacien (voir référence). Ce projet a été rédigé sur la base du résultat des travaux menés par ce même groupe et il sera déposé sous peu à l’Office des professions*. Les étapes à franchir avant l’adoption officiel de ce règlement sont nombreuses, il est possible que son contenu change en cour de route. Néanmoins, le fond devrait rester la même, c’est pourquoi je me permets de vous en énumère ici les grandes lignes :

  • Règlementera les activités plutôt que les tâches;
  • Niveau d’encadrement passant de ‘’sous le regard’’ à ‘’sous la supervision’’ du pharmacien, pour les techniciens, les assistants techniques en pharmacie diplômés et les assistants techniques en pharmacie ayant acquis une expérience suffisante en termes d’heure de travail, selon les critères établis dans le règlement;
  • Mesures transitoires permettant a du personnel sans formation de travailler sous la surveillance immédiate du pharmacien, lui permettant d’acquérir le même niveau d’encadrement qu’un ATP formé après le nombre d’heure de travail requis.

Ces éléments confirment donc la volonté de reconnaître l’expérience des gens du milieu et de leur permettre d’exercer leur métier avec la latitude nécessaire. Les mesures transitoires viennent encadrer l’embauche de personnel non-formé dans l’avenir de façon à rendre la formation et la reconnaissance des acquis et compétences plus intéressantes, cela signifie également une moins grande lourdeur pour le personnel déjà en place.

L’OPQ souhaite également tenir un registre auquel chacun des titres mentionnés devraient s’inscrire. Vous comprenez qu’il n’est pas prévu que les assistants techniques en pharmacie ni les techniciens en pharmacie aient un ordre professionnel ou l’obligation d’adhérer à l’un d’entre eux. Il n’est pas exclu que dans le futur, cela doive se faire, il demeure cependant que le contexte dans lequel il est prévu que le travail des ATP et des techniciens s’exercera en est un de collaboration avec le pharmacien. L’objectif d’adhérer à un ordre est d’abord et avant tout d’assurer la sécurité du public lors qu’une profession est exercé de façon totalement autonome or, le regard clinique du pharmacien étant toujours requis, les coûts et les délais administratifs qu’impliqueraient l’adhésion à un ordre professionnel ne sont pas justifiés. Comme nous l’avons précédemment décrit, cela ne signifie pas pour autant que le métier n’aura pas de valeur, bien au contraire.

Les changements à venir remettront assurément en cause certaines façons de faire, ils viendront également apporter plus de légitimités à d’autres et c’est tant mieux. Ce qu’ils apportent de plus important pour nous, c’est de donner l’exclusivité aux ATP et aux techniciens pour la délégation de certaines tâches ainsi que la latitude pour bien le faire. Légalement un vrai métier avec une compétence nécessaire et reconnue et un plus grand niveau d’autonomie, ce qui impliquera nécessairement un regard différent sur la valeur de votre travail. Il en tiendra bien sûr à chacun de vous d’en faire un outil pour soutenir nos revendications en ce qui concerne la rémunération et la valorisation du travail, il vous faudra également prendre conscience de ce qu’implique cette considération que l’on vous donne car elle n’est pas à prendre à la légère. Mais au fond, c’est bien là tout ce que vous avez toujours souhaité, n’est-ce pas?

 

*Association des bannières et chaines de pharmacie du québec (ABCPQ)

*Association des pharmaciens en établissement de santé (APES)

*Association professionnelle des pharmaciens salariés du québec (APPSQ)

*Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP)

Référence : Règlement déterminant les actes visés à l’article 17 de la Loi sur la pharmacie pouvant être exécutés par des classes de personnes autres que des pharmaciens

http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cr/P-10,%20r.%201

 

10 mars 2020



Pin It on Pinterest

Share This