Atelier d’analyse de la profession du technicien en pharmacie (DEC) – secteur public

Par : Stéphanie Bédard
Assistante technique sénior en pharmacie
CISSS du Sud de Lanaudière

 

En septembre dernier, une annonce officielle a été publiée qu’un nouveau titre d’emploi allait connaître le jour dans le domaine de la santé. Évidemment, je parle ici d’un niveau collégial en pharmacie qu’en absence de titre officiel jusqu’à maintenant, je nommerai technicien en pharmacie. Bien que nous l’attendions depuis plusieurs années déjà, il y a tout un processus à parcourir avant d’avoir ces gens sur le marché du travail.

Le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur (MEES) se doit, de temps à autres, pour chacune des professions existantes, de procéder à une analyse de la profession dans le but de s’assurer que le contenu des formations convient au besoin réel des milieux. Une des étapes du processus à suivre pour la création des techniciens en pharmacie est donc l’analyse de la profession. Étant donné qu’une partie de la formation est donné pour les établissements de santé, donc secteur public et que la balance de celle-ci est pour les pharmacies communautaires, nommé secteur privé, les ateliers ont été divisés pour rencontrer les besoins des deux milieux. Vous conviendrez que je vous parlerai seulement de ce qui concerne le futur technicien en pharmacie dans ces quelques lignes mais qu’une mise à jour du DEP passe par le même processus actuellement.

J’ai eu l’occasion de participer aux ateliers du secteur public qui ont eu lieu les 3 et 4 décembre 2019, accompagné de 9 collègues assistants technique sénior en pharmacie de régions différentes ainsi que 4 pharmaciens et 1 chef de service. Ce fut une expérience très enrichissante et surtout très apprécié par tous les participants ainsi que tous les observateurs présents. Le plus gros défi que nous avons dû relever lors de nos échanges a été de ne pas transposer ce que nous faisons actuellement dans chacun de nos milieux en tant qu’assistants technique en pharmacie mais bien de réfléchir à ce que sera le futur technicien en pharmacie. Nous avons souvent tendance à dire que nous faisons déjà tout ce qu’un technicien en pharmacie pourrait faire mais nous nous devions de voir encore plus loin. Jusqu’où pourrait-il se rendre? Ayant le bon encadrement, les formations adéquates ainsi que les attitudes et aptitudes requises, le technicien en pharmacie aura certainement une plus grande latitude dans les tâches qui lui seront attribuées, tel que la prise d’ordonnances verbales.

L’équipe de production du MEES, composé de 5 membres ayant un rôle précis chacun, a su nous mettre en confiance rapidement lors de ces ateliers. Leurs travaux nous ont été présentés avec des documents très complet que nous avons pu commenter et modifier en groupe ou de façon individuelle. Des propositions nous ont été transmises sur la définition de la profession, les descriptions des tâches, les opérations et les sous-opérations ainsi que les conditions et exigences de réalisation des tâches. Une révision des documents a également été demandée à tous les participants en février dernier et une séance de validation est prévu ce 26 mars prochain avant d’en publiciser le rapport officiel.

Par cette expérience, je peux conclure du sérieux et du professionnalisme qu’a le MEES en la création de ce nouveau titre d’emploi. Pour la suite, il faudra espérer que les cégeps intéressés à offrir le programme mettront cette même motivation dans l’instauration de celui-ci, en vue de débuter les premières cohortes pour septembre 2021.

Et vous, êtes-vous motivé à devenir des techniciens en pharmacie?

10 mars 2020



Pin It on Pinterest

Share This